800 801 802

Les chaînes de valeur de la Casamance passées au crible par le PAD, le COSEC et la DER

C’est une mission conjointe que viennent d’effectuer plusieurs structures étatiques dont le  Port Autonome de Dakar, le Conseil Sénégalais des Chargeurs, la délégation Générale de l’Entreprenariat Rapide, le COSAMA, l’ANAM et plusieurs structures de financement (CNCAS, BNDE, Cofina, Crédit Mutuel du Sénégal) en Casamance, sur instructions du Président de la République, Son Excellence, Monsieur Macky SALL. L’objectif : identifier les chaînes de valeur de cette région sud, érigée en pôle économique régional prioritaire dans le cadre du PSE et contribuer à leur meilleure organisation .

C’est d’abord par un forum qui s’est tenu ce lundi 10 septembre au complexe Aubert de Ziguinchor et qui a regroupé toutes ces  structures avec les acteurs de plusieurs filières dont celle de l’anacarde, de la mangue, du lait, de la pêche, du miel, du transport, du tourisme et de l’artisanat que cette mission a démarré. Co-Présidé par le Directeur Général du Port Autonome de Dakar, Monsieur Aboubacar Sedikh BEYE,  aux côtés de Monsieur Mamadou NDIONE, Directeur Général du COSEC et de Monsieur Pape Amadou SARR, Délégué Général à l’Entreprenariat Rapide (DER), ce forum a permis de mettre le doigt sur les problèmes auxquels ces filières a forte valeur ajoutée sont confrontées afin d’y apporter des réponses appropriées.

Dans son mot d’introduction, le DG du PAD a campé le décor : participer aux objectifs assignés au gouvernement par le Président de la République dans le cadre du PSE dont les trois axes seront revisités, au regard de l’importance que la Casamance revêt aux yeux du chef de l’État  en tant que pôle économique régional prioritaire et au regard de son énorme potentiel économique faiblement exploité. Pour le DG du PAD, il faudra impulser un certain dynamisme, en relation avec le secteur privé pour faire de Ziguinchor un hub sous régional au plan maritime. Le défi immédiat à relever c’est de faire en sorte qu’une marchandise puisse quitter l’Europe, l’Asie ou l’Amérique et se faire dédouaner à Ziguinchor et vice-versa.

 Dans  cette perspective, il a invité les structures participantes à privilégier le concret dans l’accompagnement et le financement des acteurs de ces filières. Pour donner le ton, le DG du PAD a informé de la mobilisation pour 2018  d’une enveloppe de 250 millions de francs CFA pour soutenir les exportations et encourager le fret de retour via le Port de Dakar. Car le constat est que 70% des conteneurs qui entrent au Sénégal repartent du Port de Dakar vides.

Toutes les inter-professions ( producteurs, transformateurs, commerçants et exportateurs) ont ensuite défilé pour expliquer leur contraintes et soumettre leur besoins qui, pour certains, ont pu trouver des réponses appropriées. Ils ont pour noms : renforcement des capacités, besoins de financements, mécanisation et accès à l’équipement de production entre autres.

L’ensemble des participants a salué les efforts déjà fournis par l’Etat du Sénégal à travers les structures compétentes pour accompagner la structuration de la filière d’anacarde. Pour la première fois dans l’histoire, Ziguinchor a servi de base de chargement de l’anacarde pour l’international grâce à la conjonction des efforts des structures impliquées : PAD, Cosec, Anam, Cosama, DP World.

 Pour se rendre compte des potentialités existantes, la délégation s’est déplacée à Bignona pour visiter plusieurs unités de transformation et de commercialisation de la mangue , mais aussi à Sedhiou pour visiter le Domaine Agricole Communautaire de Sefa, modèle achevé d’expérimentation de la pisciculture.

Revenue sur Ziguinchor, la délégation a fait cap sur le Port de Ziguinchor où le  Directeur Général du Port Autonome de Dakar a pu se rendre compte de l’extrême nécessité de créer les conditions d’une complémentarité entre le Port de Dakar, celui de Ndakhonga dont la gestion lui a été récemment confiée par l’Etat et celui de Ziguinchor. Ce fut ensuite l’occasion de visiter plusieurs unités de production et de transformation de l’anacarde. Une filière au potentiel immense avec une production nationale qui avoisine les 35000 tonnes.

La mission s’est terminée sur une note très positive : plusieurs conventions ont été signées par la DER et le Cosec avec des opérateurs locaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos services

Carnet de bord

Espace Pro

Professionnels du secteur, cet espace vous est exclusivement dédié, vous y trouverez toutes les informations utiles et toute la documentation nécessaire pour un meilleur partenariat  avec  le PORT AUTONOME de DAKAR.
Ensemble  vers le Port de l’Excellence de la côte Ouest africaine à l’horizon 2023.

Entrer

Site By