800 801 802

Le Préfet de Dakar et le DG du Port Autonome de Dakar à pied d’œuvre pour désencombrer les axes routiers du Port les 17 et 18 février 2018

Suite à l’état des lieux effectué sur  les emprises des axes routiers jouxtant le Port de Dakar le 11 janvier 2018, le Préfet de Dakar, Monsieur Alioune Badara Samb  a convoqué le mardi 6 février 2018 à la Salle de Conférence de la Gouvernance de Dakar une réunion dont l’ordre du jour portait sur la décongestion des axes desservant le Port de Dakar.

Outre le Port Autonome de Dakar, représenté par son Directeur Général et certains de ses collaborateurs, le Préfet a ratissé large en convoquant plusieurs structures de l’administration déconcentrée (Mairie de Dakar, Mairie des communes de Dakar- Plateau et de Hann-Bel-Air), le Commissariat Central, le Commandant de la Compagnie de Gendarmerie territoriale, les Sapeurs-Pompiers, la Douane, le CETUD, Dakar Dem Dikk,  Ageroute, la CCIAD. Il a également convié les transitaires, les  transporteurs, le représentant des Entrepôts Maliens au Sénégal, les commerçants du marché du Port et le Chef de la DREEC.

Après avoir rappelé la place stratégique du Port dans l’économie nationale, en tant que poumon économique et souligné la nécessité de rendre notre port compétitif au regard de la rude concurrence que se livre les ports de la sous-région, le Préfet a tenu à justifier et à magnifier la décision de procéder à son désencombrement. Une opération qui vient de recevoir l’onction de la hiérarchie (Gouverneur de Dakar, Ministère de l’Intérieur).

Au regard des superpositions de compétences dans cette opération, il a tenu à réunir toutes les parties prenantes afin de concilier les positions et les prérogatives pour qu’elle soit une réussite.

L’état des lieux effectué le 11  janvier 2018 a permis de lister les maux qui empêchent la fluidité de la circulation aux abords du Port : circulation en double file, occupation anarchique de la voie publique, stationnement interdit, présence d’épaves, entre autres.

La zone d’intervention a été délimitée : elle va de la vigie portuaire du Mole 3 au rond-point du cimetière de Bel-air. Seul le marché du Port sera pour le moment épargné. Le préfet a tenu à rassurer les commerçants dont la quiétude n’est pas menacée en vertu de l’engagement pris par la plus haute autorité de leur construire à terme un nouveau marché avec des cantines plus adéquates. Mais il a tenu à aguicher leur sens civique en les invitant à tout faire pour éviter l’occupation de la voie publique en attendant la solution à plus ou moins long terme  qui consiste à les recaser dans un espace plus adéquat.

Les transitaires et transporteurs ont salué cette initiative et ont réitéré leur engagement à la soutenir compte tenu de l’impact que la congestion du Port a sur leurs activités. Ils ont promis d’appuyer sur le plan logistique la Direction Générale du Port et l’autorité administrative en mettant à disposition leur matériel pour l’enlèvement des épaves.

La police et la gendarmerie ont à leur tour déclaré qu’elles étaient prêtes pour l’opération mais ont insisté surtout sur le suivi. Car l’opération est une chose mais pour qu’elle soit une réussite, il faut qu’un certain nombre de mesures d’accompagnement soient prises après l’opération, prévue pour se dérouler les 17 et 18 février 2018. En termes d’effectifs sur le terrain, ils ont sollicité l’accompagnement des agents de sécurité du Port. Le préfet a trouvé plus efficace de faire appel aux agents de sécurité de proximité (ASP) plus expérimentés en matière de régulation de la circulation. Avec pragmatisme, le Préfet a saisi le Directeur Général de cette structure qui lui a donné son accord de principe de mettre à disposition un effectif pour appuyer les forces de sécurité.

Parmi ces mesures d’accompagnement, l’aménagement d’espaces de parking en zone nord et sud du Port. A cet effet, le Port a décidé en zone sud de mettre à profit le terminus de Dakar Dem Dikk (Place Leclerc)  et le terrain jouxtant la corniche en face de la Vigie portuaire.

Pour la zone nord, le Directeur Général du Port s’attèle à identifier avant le démarrage de l’opération des zones de stationnement pour les camions devant récupérer ou déposer des cargaisons à l’intérieur du Port. Il a tenu à informer de l’aménagement du parking de Mbao 2 comme zone tampon surtout pour les gros porteurs en provenance du Mali.

Sur ce point, le représentant des EMASE a insisté sur la nécessité de disposer d’une zone d’attente proche du Port, ce qui soulagerait certains opérateurs comme Toguna qui font venir des navires et sont contraints de les traiter en enlevant la marchandise avec des cadences acceptables. Les camions de ces opérateurs ne peuvent pas stationner à Mbao. L’autorité portuaire a pris note mais n’en a pas moins rappelé que la mise à disposition de ces espaces de stationnement serait payante en vertu du coût de l’aménagement et de la rareté des espaces aménageables à proximité du Port.

Comme autres mesures d’accompagnement, le Préfet a demandé au CETUD et à l’Ageroute d’’appuyer le Port dans l’organisation de la voirie et la définition d’un plan de circulation (gestion des accotements par un système de plots, traçage et marquage des zones, etc).

Cette réunion est donc le point de départ d’une vaste opération sur laquelle compte le Directeur Général du Port Autonome de Dakar, Aboubacar Sédikh BEYE,  pour faire de Dakar un port de flux et réduire considérablement la congestion portuaire en attendant les solutions structurelles. La lutte contre la congestion étant un des axes stratégiques de sa feuille de route 2018.

Nos services

Carnet de bord

Espace Pro

Professionnels du secteur, cet espace vous est exclusivement dédié, vous y trouverez toutes les informations utiles et toute la documentation nécessaire pour un meilleur partenariat  avec  le PORT AUTONOME de DAKAR.
Ensemble  vers le Port de l’Excellence de la côte Ouest africaine à l’horizon 2023.

Entrer

Site By